Interview Sidney Leoni

Interprète notamment pour Mette Ingvartsen et Stina Nyberg, Sidney Leoni est un jeune chorégraphe et réalisateur vivant entre la France, la Suède et la Belgique. Issu d’un parcours en danse classique et contemporaine, Sidney Leoni développe notamment des projets de performances expérientielles et sensorielles dans l’obscurité la plus totale, ainsi que des projets cinématographiques où il joue des rapports entre le monde réel et son imaginaire. Présent à Caen pour un accueil-studio, le chorégraphe nous propose avec son projet FLY une performance multimédia dans laquelle convergent un solo dansé, une bande sonore immersive et un film de fiction dansée.

Rencontre !

 

Peux-tu te présenter et nous dire comment tu es venu à la danse ?

Et bien je travaille principalement en tant que danseur-chorégraphe professionnellement depuis une dizaine d’années. Je m’essaye aussi à la réalisation de films, à la création musicale, au chant, à la création de décors et de costumes. J’ai commencé à danser à l’âge de 4 ans, une semaine après que mon père obtienne le poste de gardien de l’Opéra de Toulon. Son appartement de fonction était au sein même de l’établissement, accolé à l’entrée des artistes. Du coup, avec mon grand frère, on y a emménagé et y avons vécu 11 années, durant lesquelles j’ai suivi un enseignement en danse classique avec la danseuse étoile de l’Opéra, chorégraphe et directrice de l’école, Monique Andreoletti. Durant cette période, j’ai participé à de nombreux opéras, opérettes et ballets. Dès qu’il fallait un enfant sur scène, mon père recevait un appel et paf ! J’étais à mon poste.
Ces années d’Opéra ont eu une énorme influence sur mon travail artistique. J’ai une grosse tendance maintenant à m’entourer d’une multitude de corps de métiers pour réaliser mes œuvres, et ce en direction d’un art total.

 

Peux-tu nous dire quelques mots sur Fly dont nous verrons une répétition publique au ccn ?

Cela fait déjà 2 ans que je bosse sur ce projet. Fly est un solo dansé et chanté dans lequel s’entremêle un film de fiction dansé. La performance est à la croisée d’un autoportrait, d’une docu-fiction et d’un rêve que je mets en scène avec une ribambelle d’amis danseurs. Sur scène, mon itinéraire se révèle au prisme de chansons, d’images et de mouvements qui sont autant de pages fantasmées d’événements et de personnages passés, présents et futurs. La première est prévue pour Avril 2019 à Stockholm – ce qui me donne tout juste le temps d’attaquer le montage, de réunir des fonds pour organiser la dernière période de tournage, et de mener à bien l’ensemble des étapes de post-prod pour l’image et le son. En gros, j’ai du travail qui m’attend.

 

Quel est le dernier film, spectacle ou expo que tu as vu et que tu aurais envie de partager avec nous ?

Je n’ai pas vraiment eu le temps ces derniers mois d’assister à quoique ce soit. Cependant, je suis allé voir Blade Runner 2049. J’ai beaucoup apprécié le travail sur la musique, le son et surtout la lumière: ces apparitions et progressions lumineuses synchronisées au déplacements des acteurs, cela m’a pas mal parlé pour mon prochain projet de fiction.

 

Propos recueillis – janvier 2018
ab.