Centre Chorégraphique National de Caen en Normandie.
Chargement

Ana Rita Teodoro

Accueils-studio

Fofo ? En anglais, on dirait cute, en japo­nais « kawaï » et en fran­çais « mignon », ou plu­tôt « mimi », voire « trop mimi ». Dans sa nou­velle créa­tion, la cho­ré­graphe por­tu­gaise Ana Rita Teo­do­ro explore l’esthétique kawaï, par­ti­cu­liè­re­ment en vogue chez les jeunes Japo­nais et géné­ra­le­ment ana­ly­sée comme phé­no­mène consu­mé­riste car limi­tant la dis­tance cri­tique vis-à-vis de l’objet. Pour­tant une autre approche dis­cerne der­rière l’aspect régres­sif du « fofo » un pos­sible geste éman­ci­pa­teur, un espace refuge face à la vio­lence du monde notam­ment pour les adolescents.
S’appuyant à la fois sur les tech­niques de contact impro­vi­sa­tion et sur le butoh de Kazuo Ohno – notam­ment ses danses tra­ves­ties où le corps tran­site d’un état enfan­tin à vieux – Ana Rita Teo­do­ro tra­vaille­ra sur l’idée de corps ado­les­cent, comme lieu de méta­mor­phoses. La scé­no­gra­phie de Sal­lah­dyn Kha­tir, dans laquelle le spec­ta­teur pour­ra s’immerger, sera un des élé­ments essen­tiels de la pièce et repo­se­ra sur des asso­cia­tions de matières douces ou évo­ca­trices (peluche, plas­tique, etc) et des formes simples et infan­tiles façon « bar­ba­pa­pas ». L’approche de l’espace phy­sique et sonore, scin­dé en trois ter­ri­toires (celui des dan­seurs, celui de l’imaginaire au loin et celui des spec­ta­teurs), sera arti­cu­lée avec la cho­ré­gra­phie afin de mettre en valeur les mou­ve­ments des quatre dan­seurs. Dans un rap­port à la fois fron­tal et intime.

Dan­seuse et cho­ré­graphe por­tu­gaise, Ana Rita Teo­do­ro est diplô­mée du CNDC d’Angers et de l’université Paris 8, où elle a débu­té son pro­jet Déli­rer l’Anatomie. Son inté­rêt pour le butoh de Tat­su­mi Hiji­ka­ta lui a valu la bourse de « Aper­fei­çoa­men­to Artis­ti­co » (Per­fec­tion­ne­ment Artis­tique) de la Fon­da­tion Calouste Gul­ben­kian pour étu­dier avec Yoshi­to Ohno. Elle a éga­le­ment reçu l’Aide à la recherche et au patri­moine en danse du Centre natio­nal de la danse (CN D, Pan­tin) pour appro­fon­dir sa recherche sur le Stu­dio du butoh de Kazuo Ohno. Ana Rita Teo­do­ro a étu­dié le corps à tra­vers l’anatomie, la paléon­to­lo­gie et la phi­lo­so­phie avec Sofia Neu­parth au C.E.M (Centre En Mou­ve­ment) et a pra­ti­qué le Qi Gong à l’É­cole de méde­cine tra­di­tion­nelle Chi­noise de Lisbonne.
Elle a signé les pièces MelTe, la col­lec­tion Déli­rer L’Anatomie—Orifice Para­dis & Rêve d’In­tes­tin et Pla­teau & Pavillon, Assom­bro (Fan­tôme Méchant), et a col­la­bo­ré avec des artistes tels que Mar­cia Lan­ça, Laurent Pichaud, João dos San­tos Mar­tins et Mar­ce­la San­tan­der Cor­va­làn. Ana Rita Teo­do­ro est artiste asso­ciée au CN D depuis 2017.

+ Suite

Distribution

Conception et chorégraphie
Ana Rita Teodoro

Scénographie
Sallahdyn Khatir

Création et régie lumière
Eduardo Abdala

Avec
Marcela Santander Corvalàn, Kazuki Fujita, João Dos Santos Martins et Ana Rita Teodoro

 

Production exécutive Associação Parasita en partenariat avec Hei
Avec le soutien de la Fondation d'entreprise Hermès, dans le cadre du Programme New Settings
Coproduction CN D, centre chorégraphique national de Caen en Normandie (accueil-studio), Materiais Diversos, Fundação GDA
Avec le soutien de Alkantara

Dates et lieu

janvier 2019

  • 31
    CCN de Caen en Normandie 19h00

Billetterie

entrée libre – réservations CCN
communication@ccncn.eu
02 31 85 83 95 (du lundi au vendredi, 14h à 18h)