Centre Chorégraphique National de Caen en Normandie.
Chargement

[Annulé] Bertrand Chamayou & Elodie Sicard

Accueils-studio

Le lien essen­tiel qu’entretenait John Cage à la danse, en par­ti­cu­lier au cho­ré­graphe Merce Cun­nin­gham, est connu. C’est même suite à une com­mande de musique de bal­let, que le célèbre com­po­si­teur inven­ta le fameux dis­po­si­tif du pia­no « pré­pa­ré », en pla­çant dif­fé­rents objets de métal, de bois ou même de caou­tchouc entre les cordes du pia­no pour trans­for­mer celui-ci en un véri­table orchestre à per­cus­sions. Pas­sion­né depuis tou­jours par l’œuvre de Cage, le pia­niste Ber­trand Cha­mayou retrouve aujourd’hui le fil de cette rela­tion à la danse en asso­ciant la cho­ré­graphe Elo­die Sicard autour de douze pièces courtes, com­po­sées pour la danse entre 1940 et 1945, dont cinq pour Cun­nin­gham. Dans Cage2 – pro­non­cez « Cage au Car­ré » – dont la créa­tion est pré­vue pour 2021 au Manège de Reims, la danse d’Elodie Sicard évo­lue­ra au milieu de quatre pia­nos pré­pa­rés et joués par Ber­trand Cha­mayou, qui se fait à la fois ins­tru­men­tiste et chef d’orchestre. La pré­sence de quatre pia­nos, qui peuvent figu­rer les quatre points car­di­naux, répond aus­si à la varié­té des pré­pa­ra­tions pré­vues par Cage. La plu­part des cho­ré­gra­phies ont été per­dues, c’est donc à une nou­velle explo­ra­tion que se livre­ra la dan­seuse dont le tra­vail s’attache à la notion d’imprévisible et à l’écoute ins­tinc­tive de l’instant pré­sent. Pas­sant d’une pièce à l’autre – cer­taines à la dimen­sion ryth­mique affir­mée, s’inscrivant dans une veine répé­ti­tive, d’autres plus mini­males, voire médi­ta­tives — la jeune artiste envi­sage une forme de voyage où le mou­ve­ment entre en réso­nance étroite avec l’univers poé­tique de la musique.

Pia­niste fran­çais mul­ti récom­pen­sé, Ber­trand Cha­mayou compte aujourd’hui par­mi les figures de la scène musi­cale actuelle. Adepte du grand réper­toire, celui de Bee­tho­ven en par­ti­cu­lier, il n’hésite pas à explo­rer dès le début de sa car­rière dif­fé­rents uni­vers musi­caux – Kur­tag, Dutilleux, Lui­gi Nono aus­si bien que Liszt ou Schu­bert. Fort de cet éclec­tisme, il impose sa sin­gu­la­ri­té grâce à l’acuité de ses inter­pré­ta­tions et à une sono­ri­té très recon­nais­sable. Plu­sieurs ren­contres ont mar­qué son par­cours dont celles avec Karl­heinz Stock­hau­sen et Pierre Boulez.
Diplô­mée du Conser­va­toire natio­nal supé­rieur de musique et de danse de Paris, et lau­réate des Talents Danse Ada­mi en 2009, Elo­die Sicard a été inter­prète chez dif­fé­rents cho­ré­graphes dont Serge Ric­ci, Cin­dy Van Acker, Romeo Cas­te­luc­ci ou encore Daniel Dob­bels avant d’initier ses propres pro­jets. En tant que cho­ré­graphe elle tra­vaille régu­liè­re­ment sur des pro­jets en lien étroit avec la musique. En 2014 elle fonde le col­lec­tif Euka­ryo­ta et entame la créa­tion d’un trip­tyque — Les Ali­bis (créé en 2016) Les Assaillants (2019) Les Aspi­rants. Elo­die Sicard est artiste en com­pa­gnon­nage au Manège, scène natio­nale – Reims.

+ Suite

Distribution

Conception
Bertrand Chamayou et Élodie Sicard

Piano
Bertrand Chamayou

Chorégraphie et danse
Élodie Sicard

Regard dramaturgique
Jérémie Scheidler

Regard chorégraphique
François Chaignaud

Production déléguée Manège, scène nationale-Reims
Coproduction L’Arsenal - Cité musicale Metz ; centre chorégraphique national de Caen en Normandie dans le cadre de l’Accueil-studio (FR) ; Fondation Royaumont (avec le soutien de la Sacem et le mécénat de la Fondation Daniel et Nina Carasso. Mécène stratégique de la Fondation Royaumont, la Fondation Daniel et Nina Carasso, sous l’égide de la Fondation de France, soutient ses projets de création artistique, l’émergence et l’accompagnement de ses artistes ainsi que le renforcement de la coopération entre sciences humaines et pratiques artistiques)
En partenariat avec Yamaha

Dates et lieu

décembre 2020

  • 11
    ccn de Caen en Normandie 19h00

Billetterie

ATTENTION : en raison du confinement national, cet événement est annulé.