Centre Chorégraphique National de Caen en Normandie.
Chargement

[Annulé] BSTRD

Spectacles en partenariats

Sur un mode plu­tôt abs­trait, BSTRD, de la cho­ré­graphe grecque Kate­ri­na Andreou – pré­sen­té en répé­ti­tion publique au centre cho­ré­gra­phique en mars 2018 – s’érige contre tout déter­mi­nisme et contre les iden­ti­tés figées une fois pour toute par la liber­té d’un geste qui trans­gresse les fron­tières et tend vers l’hybridation.

Avec pour seule par­te­naire de scène une pla­tine vinyle, Kate­ri­na Andreou remet en jeu la limite entre auto­no­mie et auto­ri­té, condi­tion­ne­ment et libre arbitre. La culture House l’in­té­resse comme pra­tique de métis­sage et pour son rap­port à l’origine et l’originalité. BSTRD est un solo où elle joue avec l’idée de l’hybridation dans un effort, sans doute para­doxal, d’échapper à une quel­conque iden­ti­fi­ca­tion. Loin de toute idéa­li­sa­tion de la pure­té, tout n’est qu’un assem­blage de diversités.

Née à Athènes, Kate­ri­na Andreou est dan­seuse et cho­ré­graphe, basée en France. Après ses études en droit à l’U­ni­ver­si­té d’Athènes, elle suit des études en danse à l’E­cole Supé­rieure de Danse d’A­thènes. En 2011 elle intègre ESSAIS, le mas­ter en créa­tion cho­ré­gra­phique du Centre Natio­nal de la danse contem­po­raine d’Angers (CNDC) diri­gé par Emma­nuelle Huynh. Elle a fait par­tie du pro­jet TRANSFABRIK sur les poli­tiques des pro­gram­ma­tions en France et en Alle­magne diri­gé par Yvane Cha­puis et Franz Anton Cra­mer et du labo­ra­toire col­lec­tif Eman­ti­ci­pa­tion, ini­tié par Emma­nuelle Huynh et Fran­çois Quin­tin à la Fon­da­tion Lafayette Anti­ci­pa­tion à Paris. Elle a col­la­bo­ré avec les artistes DD Dor­vil­lier, Emma­nuelle Huynh, Lenio Kak­lea, Anna Gaiot­ti, Ana Rita Teo­do­ro, Dinis Macha­do et Joce­lyn Cot­ten­cin. Intri­guée par la ques­tion de la péda­go­gie et de la trans­mis­sion en danse, elle est déjà inter­ve­nue à l’U­ni­ver­si­té de Poi­tiers, à l’Ecole d’Ar­chi­tec­ture à Nantes et à l’ Ecole des Beaux Arts à Paris. En 2015 elle a reçu la bourse Dan­ce­web pour suivre le fes­ti­val inter­na­tio­nal Impul­sTanz à Vienne. Sa der­nière créa­tion A kind of fierce a reçu le PRIX JARDIN D’EUROPE 2016 du fes­ti­val Impul­sTanz de Vienne. Elle est PANORAMA ARTIST du réseau inter­na­tio­nal DNA- Depar­tures and Arrivals.

+ Suite

Distribution

Chorégraphie et interprétation
Katerina Andreou

Création son
Katerina Andreou en collaboration avec Eric Yvelin

Lumières
Yannick Fouassier

Régie Son
Tal Agam

Durée
50 minutes

Production Mi-Maï / BARK
Coproduction Atelier de Paris CDCN, ONASSIS STEGI, Centre Chorégraphique National d’Orléans, centre chorégraphique national de Caen en Normandie (Accueil-studio), La place de la danse CDCN de Toulouse, Ballet de Marseille.
Partenaires Ménagerie de verre Studiolab, Kunstencentrum BUDA, Réservoir Danse Rennes, ImpulsTanz Festival (résidence Prix Jardin D’Europe) / CN D Pantin (résidence augmentée) / La CABINE (PAD), Monitor Fest Heraklion. Avec le soutien d’ARCADI et de la DRAC Ile-de-France

Partenaires

Avec la Comédie de Caen – CDN de Normandie Festival Ecritures partagées

Avec le soutien de l'ONDA

Dates et lieu

mars 2020

  • 21
    ccn de Caen en Normandie 19h00

Billetterie

Comédie de Caen
Tarifs : 10€ la place ou 15€ la soirée (vendredi ou samedi)
accueil@comediecaen.fr
02 31 46 27 29 (du lundi au vendredi, de 14h à 18h)
www.comediedecaen.com

Presse

  • Ma Culture le 28/06/2018

    Épuisement du corps, fatigue de la musique, érosion du regard, rudesse du geste… BSTRD détient de manière intrinsèque les mêmes enjeux que le précédent solo A kind of fierce. « J’aime ce qui est brut : j’envisage le son et mon corps de la même manière, comme s’ils étaient les outils les plus bruts et les plus sophistiqués en même temps. Il n’y a pas de hiérarchie dans ma tête lorsque je travaille avec ces deux médiums ». Si les danses des deux solos ne sont pas comparables, nous retrouvons cependant dans les deux performances la même hargne dans le geste, la volonté puissante d’un défoulement, du recommencement, de l’épuisement. Cette manière d’envisager le geste spectaculaire de façon expiatoire, la chorégraphe la compare à celle des sportifs « Je suis fascinée par les pratiques sportives, je suis très attachée à l’idée du corps entraîné, surtout lorsqu’il est mis sur une scène, comme dans la boxe. L’idée du match en lui-même m’intéresse moins que ce réseau de forces qui s’accumule, l’entraînement qui est dissimulé mais qui contrôle le tout, le besoin d’évacuation de cette énergie… ».

    Article complet

  • Mouvement le 08/01/2019

    "Dès les premières mesures, l’interprète et chorégraphe grecque Katerina Andreou nous entraîne dans une balade rythmée qui s’immisce en nous comme une transe. BSTRD, son deuxième solo, galope entre les lignes de la musique, jamais tout à fait avec ni tout à fait à l’encontre."

    Article complet