Centre Chorégraphique National de Caen en Normandie.
Chargement

Christine Armanger

Ouvertures publiques

Avec De Dia­bo­li, la cho­ré­graphe et plas­ti­cienne Chris­tine Arman­ger tra­vaille la figure du diable, de son épais­seur his­to­rique à ses enjeux contem­po­rains. Trois inter­prètes (et un chien robot) s’y livrent à un rituel occulte tour à tour inquié­tant et grotesque. 

Dans une brume épaisse, trois créa­tures hybrides et un chien robot évo­luent en une vision sur­na­tu­relle, comme une remise au goût du jour des dia­ble­ries du Moyen Âge. Pos­tu­lant que le diable (son nom comme la réa­li­té sym­bo­lique qu’il recouvre) est plus que jamais d’actualité, Chris­tine Arman­ger puise dans l’histoire, les arts ou la théo­lo­gie pour tirer la myriade de fils qui le relient à nous, jusqu’à l’essor des nou­velles tech­no­lo­gies et l’Intelligence Arti­fi­cielle (convo­quée ici par le biais du chien robot et d’une voix off). Au fil d’une écri­ture orga­nique où corps, voix, texte et danse seront inti­me­ment mêlés, elle explore un voca­bu­laire cho­ré­gra­phique lié à la ronde, la faran­dole, aux états de transe, aux sauts et sau­tille­ments. Elle s’inspire éga­le­ment du réper­toire de say­nètes ludiques des dia­ble­ries du 15e siècle, du jeu et des simu­lacres. Figures tout à la fois humaines, sor­cières, satyres, fémi­nines et mas­cu­lines, les trois créa­tures hybrides et fan­tasques ten­te­ront le diable en jon­glant avec les sym­boles, les réfé­rences et les registres. De Dia­bo­li pro­pose ain­si une plon­gée oni­ri­co-cau­che­mar­desque dans un rituel contem­po­rain qui sent le soufre et qui, en don­nant corps à nos fièvres, en per­met l’exutoire.

Cho­ré­graphe, per­for­meuse, auteure et plas­ti­cienne fran­çaise, Chris­tine Arman­ger est titu­laire d’un Mas­ter 2 en Arts du spec­tacle – His­toire cultu­relle. Elle s’est for­mée auprès de Romeo Cas­tel­luc­ci, Jan Fabre, Ambra Sena­tore et Gisèle Vienne et a notam­ment tra­vaillé avec Laurent Bazin, Kata­lin Pat­kaï ou Maji­da Khat­ta­ri. De 2008 à 2015, elle est jour­na­liste arts vivants sur Radio Cam­pus Paris. En 2016, elle fonde la [Com­pa­gnie Louve] avec laquelle elle déve­loppe son écri­ture cho­ré­gra­phique et plas­tique, sous forme de solos. Elle s’intéresse tout par­ti­cu­liè­re­ment au céré­mo­niel et aux liens entre actuel et inac­tuel, en déployant des cli­mats esthé­tiques et sen­si­tifs pro­non­cés. Simul­ta­né­ment à son tra­vail scé­nique, elle a déve­lop­pé de 2010 à 2020 une pra­tique per­for­ma­tive et lit­té­raire sur les réseaux sociaux, sous l’avatar d’Edmonde Gogotte. Elle est lau­réate 2017 du pro­gramme Hors les murs de l’Institut Fran­çais pour ses recherches sur les hagio­gra­phies de saints et de saintes. Entre spec­tacle vivant et art contem­po­rain, elle a présenté ses pièces et per­for­mances en France et à l’étranger.

+ Suite

Distribution

Concep­tion, texte, scé­no­gra­phie, inter­pré­ta­tion Chris­tine Armanger
Inter­pré­ta­tion Roma­ric Séguin (en cours)
Lumière Phi­lippe Gladieux
Com­po­si­tion musi­cale, cos­tumes, robo­tique (en cours)

Durée 1 heure

Pro­duc­tion Com­pa­gnie Louve
Copro­duc­tion centre cho­ré­gra­phique natio­nal de Caen en Nor­man­die, dis­po­si­tif Accueil-stu­dio, mica­danses (en cours)

Dates et lieu

octobre 2024

  • 24
    ccn de Caen en Normandie 19h00

Billetterie

Ouverture des réservations Printemps 2024