Centre Chorégraphique National de Caen en Normandie.
Chargement

La BIG PARTY

Soirée de lancement 2020

Spectacles en partenariats

Véritable temps fort de l’année, la BIG PARTY est l’occasion pour le public de venir faire la fête au centre chorégraphique grâce à des DJ (Leslie Barbara Butch, Kiddy Smile, ACID ARAB), d’assister à des performances et des tables rondes, tout en découvrant de nouvelles esthétiques de danses par le biais d’ateliers de découvertes et d’initiation très divers, sans prérequis.
Cette soirée permet de découvrir de façon ludique, festive et engagée la programmation de l’année à venir et de rencontrer l’équipe du centre chorégraphique.
Ouverte à tou.te.s, la BIG PARTY donne le tempo d’une année où la danse est au cœur d’une vision artistique et politique !

C’est aux couleurs du Brésil que se déroulera cette soirée.
Performances, ateliers, invités spéciaux, DJ set de Samba de la Muerte et de Bamao Yendé… L’ensemble du programme sera traversé par l’actualité politique et violente de ce pays de métissages et de cultures, où la danse, le corps, la fête tiennent une place prépondérante et où le nouveau gouvernement met à mal des libertés, comme les valeurs de tolérance et d’ouverture chères aux artistes et à l’équipe du CCN.
Le centre chorégraphique se positionne en totale solidarité avec les créateurs brésiliens.
Nous accueillerons Fúria de Lia Rodrigues ainsi qu’un événement du festival de danse Panorama de Rio de Janeiro, en partenariat avec le Centre national de la danse à Pantin au printemps 2020.
Ces invitations se font dans la continuité de l’accueil aux artistes brésiliens initiés en 2017.

  • Rue – Volmir Cordeiro et Washington Timbo (performance)
    La rue est ouverture vers une autre. La rue invente des langues, des types, elle héberge les misérables et elle prête sa scène aux artistes qui la prennent comme refuge. Le vagabondage est une excellente invention de la rue. La rue a inventé la classe, la race, l’angoisse, le sang. La rue ne nous échappe pas, on la connaît tous. Elle rassemble les hommes, les manifestations sordides, elle est là pour nous ; et nous croyons jouer le « nous » quand nous nous retrouvons dans la rue. Mensonge. La rue sélectionne, limite, empêche, divise, dicte. La rue n’est pas la route, la rue ne veut pas le monde. Elle reste en ville. Et dans la ville, plein de poètes. Les poèmes, tous pulvérisés. Les rides. Les rues sont comme les rides d’un visage: les rues du visage, les rides du sol. Si je dis que la rue tricote avec le ciel, je n’exagère en rien : ils ont tous deux cette incroyable faculté à sentir les choses, les êtres, les matières pauvres. A se mettre à nu.
  • Samba de la Muerte
    C’était il y a cinq ans, on découvrait Samba de la Muerte avec « Fire », titre référence au groove électrique. En 2016, leur folktronica brûlante de verve et de passion s’épanouissait avec le rayonnant album «Colors». Puis paraissaient deux EP aux sonorités plus électroniques : « OK! » et « Les Passagers ». Le groupe nous revient en 2019 avec un nouvel album « A Life with Large Opening » imaginé au retour d’un voyage au Japon, et métaphoriquement suscité par la découverte d’un concept architectural.
    Faisant abstraction des limites, leurs morceaux peuvent toucher comme faire danser. En djset, c’est Adrien, chef d’orchestre du projet, fan d’african beat et de musique électronique qui passe derrière les platines et met en marche sa ‘sono mondiale’. Préparez-vous à danser !
  • Bamao Yendé
    Les noctambules avertis sont sans doute déjà familiers du travail de Bamao Yendé aux côtés de son équipe de Boukan Records : amener à Paris des ambiances qui y avaient jusqu’ici peu le droit de cité, entre House garage, broken beat de Peckham, Kuduro, Highlife et Batida de tous les coins de l’Afrique via Lisbonne et house bouillante branchée sur la sono mondiale. En creux une seule et même intention chez le jeune producteur- curator originaire de Cergy : décloisonner la fête en alignant les bastos de son label et casser des dos en soirée en mixant tout ce que la (black) music a produit de plus chaud ces dernières décennies.
    Passé des clubs underground aux plus gros festivals en quelques mois, constamment au travail sur les prochains EPS, il est bien parti pour réussir sa mission haut la main.
+ Suite

Distribution

Au programme :
Performances, dj sets, ateliers, conférence, guests

  • Rue performance de Volmir Cordeiro et Washington Timbó
  • Samba de la Muerte DJ set
  • Bamao Yendé DJ Set

En apéritif de cette soirée, le documentaire brésilien Bixa Travesty de Linn da Quebrada sera présenté le 07 novembre à 20h au Café des images

Dates et lieu

novembre 2019

  • 08
    CCN de Caen en Normandie 19h30

Billetterie

Entrée libre sans réservation
de 19h30 à 1h30

Événement associé