Centre Chorégraphique National de Caen en Normandie.
Chargement

Lou Forster et Pauline L. Boulba : Les gestes critiques de Jill Johnston

Bourse d’écriture

« Jill Johns­ton (1929−2010) est une cri­tique d’art et une théo­ri­cienne fémi­niste. Son tra­vail déve­lop­pé à New-York à la fin des années 1950 est mar­qué par l’explosion des formes per­for­ma­tives et de la danse post­mo­derne. Ras­sem­blés dans Mar­ma­lade me (1971), les articles qu’elle écrit entre 1959 et 1969 res­ti­tuent la part affec­tée de sa démarche cri­tique, à la fois témoin et par­ti­ci­pante de la scène cho­ré­gra­phique new-yorkaise.
À la fin des années 1960, elle fera son coming-out et s’engagera acti­ve­ment dans un mili­tan­tisme les­bien radi­cal dont elle pose­ra les bases dans son ouvrage Les­bian Nation (1973). Fai­sant de la cri­tique d’art un lieu d’expérimentation et de créa­tion, son écri­ture trans­gresse la limite entre son objet—les pièces chorégraphiques—et son expé­rience des pièces, don­nant nais­sance à un style unique. Les gestes cri­tiques de Jill Johns­ton pro­posent de rééva­luer la sin­gu­la­ri­té de ce par­cours en ini­tiant une pre­mière tra­duc­tion en fran­çais de Mar­ma­lade me. »

+ Suite