Centre Chorégraphique National de Caen en Normandie.
Chargement

Marin Fouqué : Mémo

Bourse d’écriture

« Le roman pren­dra son che­min, je n’aurais qu’à le suivre. Bien enten­du, j’ai un point de départ : la mémoire, celle qui flanche. Bien-enten­du, j’ai des envies : écrire sur un qua­ran­te­naire vivant de récom­penses reçues pour les chiens qu’il a lui-même volés / écrire sur un vieux châ­te­lain souf­frant du syn­drome de Dio­gène, accu­mu­lant déchets et déjec­tions par­mi des tableaux de maîtres, recou­vrant hec­tare après hec­tare de demeure / écrire sur la mémoire du corps, ses cica­trices, ses pos­tures, ses défor­ma­tions, ses chutes, et ce que l’on révèle de sa vie lorsqu’on se met à dan­ser / écrire sur un jeune homme souf­frant de para­noïa, per­sua­dé que la DGSI a pla­cé un écou­teur au fond de son oreille, per­dant petit à petit ses accroches au réel / écrire sur une femme qui a réus­si à échap­per à son agres­seur en ouvrant la por­tière d’une voi­ture lan­cée à pleine vitesse sur l’autoroute, pro­pul­sant son corps hors de tout dan­ger et en se décou­vrant une force, séré­ni­té folle / écrire l’histoire d’un ultra de l’AS-Saint-Etienne, vivant dans l’ombre des rêves de son père, atten­dant la mort de ce der­nier comme le retour de la grande période des Verts / écrire la réunion de tous ces parias, l’organisation d’une micro­so­cié­té paral­lèle, deve­nant fonc­tion­nelle par le chaos/ écrire un vaga­bon­dage déli­rant en terre d’exclusion, aprio­ri décon­nec­té des pré­oc­cu­pa­tions d’actualités, afin de faire roman et par­ler plus jus­te­ment, je l’espère, de notre socié­té. Écrire pour écrire, pas­ser d’un récit à la pre­mière per­sonne à celui d’un chien qui parle, décrire un pay­sage puis enchaî­ner sur un mou­ve­ment de camé­ra, confron­ter le foot et la danse, faire se côtoyer les morts et les vivants, mettre des mots sur des odeurs. De l’ac­tion, de l’a­mour, des corps. Sor­tir du huis-clos. Où ces dési­rs me mène­ront- ils ? En écri­vant, je le saurais. »

Bio­gra­phie

Né en 1991, Marin Fou­qué est diplô­mé des beaux-arts de Cer­gy. Il vit dans le 93, anime des ate­liers d’écriture, étu­die le chant lyrique et pra­tique la boxe fran­çaise. Il écrit de la poé­sie, du rap, des nou­velles, et com­pose sur scène depuis 2015 des per­for­mances mêlant prose, corps, chant et musique. Édi­té chez Actes Sud, 77 est son pre­mier roman. Son deuxième roman, G.A.V, est à paraître chez le même éditeur.

+ Suite