Centre Chorégraphique National de Caen en Normandie.
Chargement

[Annulé] Moya Michael

Accueils-studio

A tra­vers le cycle des Colou­red swans, la cho­ré­graphe et per­for­meuse Moya Michael invite dif­fé­rents artistes à la rejoindre dans sa réflexion sur l’impact des iden­ti­tés impo­sées dans l’expression artis­tique. Cata­lo­guée comme « colou­red » dans son Afrique-du-sud natale — le terme uti­li­sé pour dési­gner les métisses sous l’apartheid —Moya Michael se sou­vient de l’époque où des spectateur.trice.s quit­taient la salle lorsque des danseur.se.s de dif­fé­rentes cou­leurs par­ta­geaient la même scène. En Bel­gique où elle vit depuis 20 ans et a tra­vaillé avec les plus grand.e.s (Anne Tere­sa de Keers­mae­ker, Sidi Lar­bi Cher­kaoui…), elle a décou­vert qu’elle ne cor­res­pon­dait pas à la vision type de l’Africaine mais se trou­vait néan­moins sans cesse ren­voyée à son exo­tisme. Dans Khois­wan, le 1er volet du cycle, elle col­la­bore avec la plas­ti­cienne et per­for­meuse Tra­cey Rose, qui appa­rait en vidéo, pour explo­rer leurs ori­gines com­munes en tant que femmes de cou­leur et des­cen­dantes du peuple Khoi. Dans le 2ème volet, Eldo­ra­do, per­for­mance plu­ri­dis­ci­pli­naire, elle évoque plus par­ti­cu­liè­re­ment l’hybridation, à tra­vers l’histoire de David Her­nan­dez, artiste amé­ri­cain d’origine lati­no émi­gré en Belgique.
Le 3ème volet, Harriet’s reMix, dont la créa­tion est pré­vue pour mai 2020, asso­cie trois jeunes artistes, issu.e.s de la 2e géné­ra­tion de la dia­spo­ra afri­caine en Bel­gique, pour inter­ro­ger le colo­risme (sys­tème hié­rar­chique basé sur la cou­leur de peau entre­te­nu par les noir.e.s eux-mêmes) et l’entrave au déplacement.

Arri­vée en Bel­gique en 1997, la dan­seuse sud-afri­caine Moya Michael s’est for­mée au sein de P.A.R.T.S avant de par­tir pour Londres où elle a par­ti­ci­pé aux pre­mières heures de la com­pa­gnie Akram Khan. De retour à Bruxelles en 2005, elle a inté­gré la com­pa­gnie Rosas d’Anne Tere­sa de Keers­mae­ker dont elle conti­nue d’enseigner le réper­toire à l’international. Trois moments clé dans son par­cours ont influen­cé ses recherches actuelles autour de l’identité et de la libre expres­sion : sa col­la­bo­ra­tion, en 2013, avec Igor Shy­sh­ko, dan­seur bié­lo­russe, éga­le­ment membre de Rosas ; sa ren­contre avec le cho­ré­graphe congo­lais Faus­tin Linye­ku­la et leur tra­vail com­mun à Johan­nes­burg et à Kisan­ga­ni autour des notions de visi­bi­li­té et de noir­ceur et son expé­rience en Inde à l’occasion d’un ate­lier sur la théo­rie post-colo­niale. Dans son approche, la danse et la per­for­mance se mêlent à d’autres tech­niques notam­ment au chant, à la parole et à la vidéo.

+ Suite

Distribution

Conception et chorégraphie
Moya Michael

En collaboration avec
Loucka Fiagan

Interprété par
Oscar Cassamajor et Milo Slayers

Vidéo et scénographie
Oscar Cassamajor, Špela Tušar, Moya Michael

Lumières
Bert van Dijck

Production déléguée Kosmonaut
Distribution Cokot / Julie Le Gall & Hanna El Fakir
Coproduction Dance Umbrella Festival, KVS, Centre For Fine Arts (bozar), Vooruit, centre chorégraphique national de Caen en Normandie (Accueil-studio)
Avec le soutien Flemish Government delegation in South-Africa, Flemish Community Commission (vgc brussels), Flemish Authorities (vg)
Remerciements Forgotten Angle Theatre Collaborative, the Goodman Gallery, Zelda Production, Inge Floré, Miek Scheers, Steven Lorie & Patrick Van Neck

Dates et lieu

avril 2020

  • 23
    ccn de Caen en Normandie 19h00

Billetterie

entrée libre – réservations CCN
communication@ccncn.eu
02 31 85 83 95 (du lundi au vendredi, 14h à 18h)