Centre Chorégraphique National de Caen en Normandie.
Chargement

Focus Lucinda Childs

Savoirs

1962, New York : un groupe d’artistes avant-gar­distes crée le Jud­son Dance Thea­ter qui va bou­le­ver­ser les fon­de­ments de la danse moderne. Lucin­da Childs y crée Car­na­tion en 1964, son pre­mier solo, un mani­feste post­mo­der­niste. Images d’archives, entre­tiens et extraits de spec­tacles des­sinent le por­trait d’une cho­ré­graphe emblé­ma­tique de la danse contem­po­raine amé­ri­caine, dont la créa­ti­vi­té tou­jours à l’œuvre ne cesse de nous surprendre.
Entre 1962 et 1966, le Jud­son Dance Thea­ter était un lieu où cho­ré­graphes, plas­ti­ciens et musi­ciens pou­vaient s’é­pa­nouir dans un esprit de totale liber­té. Sous l’impulsion de Merce Cun­nin­gham, Lucin­da Childs éla­bore son voca­bu­laire cho­ré­gra­phique : mou­ve­ment pen­du­laire des bras, scan­sion des pas, chan­ge­ments de direc­tion sur les axes d’une struc­ture géo­mé­trique com­plexe. On la remarque à Paris au Fes­ti­val d’Au­tomne 1976, dans l’o­pé­ra fleuve de Bob Wil­son et Phi­lip Glass, Ein­stein on the Beach. Mais c’est en 1979, tou­jours au Fes­ti­val d’Automne, que le public sub­ju­gué découvre Dance, spec­tacle hyp­no­tique alliant danse mini­ma­liste, vidéos monu­men­tales de Sol LeWitt et musique de Phi­lip Glass. Lucin­da Childs fut immé­dia­te­ment dis­tin­guée par la cri­tique comme une artiste majeure. Depuis quelques années, ses cho­ré­gra­phies sont entrées au réper­toire de plu­sieurs bal­lets d’o­pé­ras euro­péens. Dans son work­shop new-yor­kais ou sa mai­son insu­laire en face de Bos­ton, elle retrace son parcours.
(Mario Fanfani)

+ Suite

Informations

Lucinda Childs (2006) Documentaire, 52 minutes
Post-Scriptum (2011) Documentaire, 26 minutes

Réalisation Patrick Bensard

Partenaires

Avec le Café des images, Hérouville-Saint-Clair

Dates et lieu

avril 2023

  • 13
    Café des images, Hérouville-Saint-Clair 20h00

Billetterie

Tarifs habituels du cinéma

Presse

Événement associé