Centre Chorégraphique National de Caen en Normandie.
Chargement

La figure du solo : Robyn Orlin, chorégraphe sud–africaine

Cycle

« Par­lons danse ! » est un par­cours asso­ciant spec­tacles, ren­contres et ate­liers ini­tié par le théâtre de Caen en par­te­na­riat avec le centre cho­ré­gra­phique natio­nal de Caen en Nor­man­die, autour de leur pro­gramme commun.
Conçus en lien avec la repré­sen­ta­tion, ces ren­dez-vous gra­tuits et ouverts à tous, menés par dif­fé­rentes per­son­na­li­tés du monde de la danse, pro­longent le spec­tacle en abor­dant les œuvres sous un angle à la fois théo­rique et phy­sique. Il s’agit de décou­vrir le par­cours d’un ou plu­sieurs artistes ou d’explorer des thé­ma­tiques com­munes par le biais de ren­contres sui­vies d’ateliers de pra­tique cor­po­relle offrant un point de vue com­plé­men­taire sur l’œuvre et sur la danse.
Acces­sibles à tous et sans consi­dé­ra­tion de niveau, ils s’adressent en prin­cipe aux mêmes per­sonnes. Après le Sacre du prin­temps et le bûto la sai­son der­nière, le théâtre de Caen et le ccn vous convient à inter­ro­ger la figure du solo, à tra­vers les pièces de la sud-afri­caine Robyn Orlin, puis celle du groupe, autour des spec­tacles des belges Pee­ping Tom et ZOO/Thomas Hauert.

« Par­ler de l’africanité de Robyn, et mon­trer com­ment le fait d’être sud-afri­caine rejaillit dans son écri­ture, ne fait pas d’elle une artiste emblé­ma­tique de la danse sud-afri­caine pour autant ». Pour Myriam Blœ­dé, au contraire, Robyn Orlin est un cas à part dans le pay­sage de la danse sud-africaine.
Explo­rer la ques­tion du solo chez Robyn Orlin per­met en tout cas d’aborder son uni­vers, son écri­ture, les motifs récur­rents dans son œuvre et la façon dont elle tra­vaille en dia­logue étroit avec ses inter­prètes. La cho­ré­graphe sud-afri­caine aujourd’hui ins­tal­lée à Ber­lin a en effet créé de nom­breux solos, très divers, et qui ne sont pas sans points com­muns avec ses pièces de groupe.
Que ce soit dans Oh Louis ou dans And so you see…, les deux pièces qu’on ver­ra à Caen, on retrouve sys­té­ma­ti­que­ment chez elle une dimen­sion poli­tique très forte, une nette pro­pen­sion à contes­ter l’autorité et à bous­cu­ler les valeurs éta­blies ain­si qu’un malin plai­sir à décons­truire les lieux com­muns de la culture domi­nante. Myriam Bloe­dé insiste sur la grande valeur plas­tique des scé­no­gra­phies et des cos­tumes des spec­tacles de Robyn Orlin et sur « sa capa­ci­té à détour­ner des maté­riaux pauvres ou ordi­naires pour les conver­tir en ins­tal­la­tions remar­quables » et à se jouer de l’esthétique kitsch.
Cela aus­si est politique.

+ Suite

Informations

Lundi 12 mars au théâtre de Caen
19h : « Parlons Danse ! » autour de la question du Portrait chorégraphique et de la danse sud-africaine en présence de Myriam Blœdé, auteure et critique
spécialisée dans la mémoire de la danse et le lien avec les autres arts
20h : Atelier de danse avec Sophiatou Kossoko, danseuse et chorégraphe franco-béninoise, interprète pour Robyn Orlin en 2004

Les spectacles :
Mardi 30 et mercredi 31 janvier au centre chorégraphique
20h : And so you see…

Mardi 29 et mercredi 30 mai au théâtre de Caen
20h : Oh Louis… we move from the ballroom

Partenaires

Avec le théâtre de Caen

Dates et lieu

mars 2018

  • 12
    théâtre de Caen 19h00

Billetterie

Entrée libre sans réservations pour les conférences
Réservations obligatoires pour les ateliers au 02 31 30 48 00 – billetterie@theatre.caen.fr

Événement associé