Centre Chorégraphique National de Caen en Normandie.
Chargement

[Annulé] Soirée Panorama

Spectacles en partenariats

REPORT – ini­tia­le­ment pro­gram­mé en mars 2020

Depuis sa pre­mière édi­tion en 1992, le fes­ti­val Pano­ra­ma invite la danse et les arts à inves­tir la ville de Rio de Janei­ro. En vingt-sept ans, le fes­ti­val a pré­sen­té des pro­jets aux for­mats mul­tiples, d’artistes bré­si­liens et inter­na­tio­naux, construi­sant ain­si une véri­table mémoire de la danse à Rio. Point de ren­contre pour plus de 20 000 per­sonnes à chaque édi­tion, il est deve­nu le ren­dez-vous incon­tour­nable du calen­drier cultu­rel de la ville, se dis­tin­guant notam­ment par sa rela­tion unique au public, atta­ché à mettre en évi­dence les liens entre corps et mou­ve­ment. Il était jus­qu’à aujourd’hui l’une des pla­te­formes les plus impor­tantes pour les artistes bré­si­liens et sud-amé­ri­cains, conti­nuant éga­le­ment ses invi­ta­tions aux plus grandes com­pa­gnies internationales.
Dans le contexte poli­tique extrê­me­ment défa­vo­rable que connait le Bré­sil actuel­le­ment, le CND Centre natio­nal de la danse a sou­hai­té invi­ter Pano­ra­ma pour qu’il trouve en France et en Europe une terre d’accueil qui per­mette aux artistes qu’il sou­tient et qu’il a fait connaître, de pré­sen­ter leur tra­vail dans un nou­veau contexte, auprès de nou­veaux publics et de pro­lon­ger ain­si le tra­vail de défri­cheur que Pano­ra­ma tente de pour­suivre dans son pays.

Nous sommes très fiers de don­ner cette visi­bi­li­té à un pro­jet cultu­rel majeur et à des artistes excep­tion­nels en accueillant à Caen une soi­rée de per­for­mances et de ren­contres en écho à l’invitation du CND.
Ce qua­trième ren­dez-vous conclut notre focus Bré­sil, après le docu­men­taire Bixa Tra­ves­ty, la Big Par­ty et Fúria de Lia Rodrigues.

O Sam­ba do criou­lo doi­do (La Sam­ba du nègre fou)
Luiz de Abreu fait de la danse le moyen d’une décons­truc­tion des iden­ti­tés raci­sées. En fai­sant rejouer à Calix­to Neto les sté­réo­types liés à la repré­sen­ta­tion du corps noir, pro­fon­dé­ment ancrés au Bré­sil, où il est pris en étau entre exo­tisme et éro­tisme, le cho­ré­graphe retourne le cli­ché contre lui-même pour mieux en moquer les incons­cients racistes. Dans ce solo radi­cal, il déploie un lan­gage cho­ré­gra­phique sin­gu­lier par le biais duquel il recentre la ques­tion de l’identité dans la maté­ria­li­té même du corps. La vio­lence de son écri­ture appa­raît alors à la mesure de l’urgence d’aborder la ques­tion déco­lo­niale, l’héritage de l’esclavage et les rap­ports de domi­na­tion contem­po­rains. Por­tée par un humour trans­gres­sif, la pièce forme une cri­tique sans détour de la condi­tion subal­terne à laquelle les Noirs sont assi­gnés. De jeux péniens en gestes de détour­ne­ment du dra­peau natio­nal, il s’agit de pen­ser ici la danse comme l’instrument d’une libé­ra­tion phy­sique aux effets éman­ci­pa­teurs, un cri par lequel s’organise le pas­sage du corps-objet au corps-sujet. Dans cette nou­velle ver­sion du solo, Luiz de Abreu et Calix­to Neto ont tra­vaillé à la construc­tion d’un lan­gage de trans­mis­sion. Ils ont déve­lop­pé, à tra­vers l’oralité, des pro­cé­dures métho­do­lo­giques de trans­mis­sion et de pro­duc­tion de savoirs d’un corps noir à un autre corps noir.

Luiz de Abreu
Diplô­mé de l’é­cole de danse contem­po­raine Angel Vian­na (Rio de Janei­ro) et titu­laire d’une maî­trise de l’u­ni­ver­si­té d’U­ber­lân­dia, Luiz de Abreu est cho­ré­graphe-inter­prète. Essen­tiel­le­ment tour­né vers l’exploration des sté­réo­types liés au corps noir, son tra­vail a été mon­tré en France, en Alle­magne, au Por­tu­gal, en Croa­tie, à Cuba, en Espagne et au Bré­sil, où il vit et tra­vaille. Il a notam­ment par­ti­ci­pé au Sesc Dance Show de São Pau­lo ou à la Bien­nale du Mer­co­sur. Sa pièce
O Sam­ba do criou­lo doi­do fait par­tie de la col­lec­tion de vidéo­danse du Centre Pompidou.

Calix­to Neto
For­mé au théâtre à l’université Fédé­rale de Per­nam­bu­co, puis à la danse au sein du Groupe Expé­ri­men­tal de Danse de Recife, le dan­seur et cho­ré­graphe bré­si­lien Calix­to Neto a sui­vi le cur­sus du Mas­ter Exerce du CCN de Mont­pel­lier. Entre 2013 et 2015, il y crée le solo petites explo­sions ain­si que le duo Pipo­ca, en col­la­bo­ra­tion avec Bru­no Freire. Membre de la com­pa­gnie de Lia Rodrigues entre 2007 et 2013, il est éga­le­ment inter­prète pour Clau­dio Ber­nar­do, Vol­mir Cor­dei­ro, Gerard & Kel­ly et Mette Ingvartsen.

+ Suite

Distribution

Conception, direction, chorégraphie, scénographie, costumes, production 
Luiz de Abreu

Interprète
Calixto Neto

Collaboration artistique 
Jackeline Elesbão, Pedro Ivo Santos, Fabrícia Martins

Création lumière 
Luiz de Abreu, Alessandra Domingues

Bande son 
Luiz de Abreu,Teo Ponciano

Assistant de production 
Michael Summers

Régisseur général 
Emmanuel Gary

Production déléguée CND Centre national de la danse.
Coproduction Centre chorégraphique national d’Orléans, Charleroi Danse, Teatro Municipal do Porto.
Résidences de reprise à Casa Charriot, Espaço Xisto Bahia, Casa Rosada.
O Samba do Crioulo Doido a été créé dans sa version initiale en 2004, dans le cadre du programme Rumos Itaú Cultural.

Partenaires

Avec le CND Centre national de la danse

 

Programme de la soirée :
- O Samba do Crioulo Doido

(La Samba du nègre fou) : solo de Luiz de Abreu repris par Calixto Neto, artiste brésilien - durée 25 minutes

- Rencontre avec Calixto Neto
Échanger autour du processus de reprise de la pièce O Samba do Crioulo Doido (2004) « La Samba du nègre fou » - devient ici un point de départ pour parler de la représentation du corps noir, de l’histoire de la danse au Brésil et de voir comment une pièce peut résister au passage du temps et être toujours actuelle quinze ans après sa création.

- Projection
La rencontre sera suivie par la projection d’un court film réalisé par Calixto Neto, reflet du processus de recréation de la pièce, entre décembre 2019 et janvier 2020, au Brésil et au CND Centre national de la danse.

Dates et lieu

novembre 2020

  • 19
    ccn de Caen en Normandie 19h00

Billetterie

tarif unique 8€ – réservations obligatoires (jauge limitée)
communication@ccncn.eu
02 31 85 83 95 (du lundi au vendredi, 14h à 18h)

Événements associés