Centre Chorégraphique National de Caen en Normandie.
Chargement

Et mon cœur a vu à foison

Anciens spectacles

Et mon cœur a vu à foi­son est une pièce tout en exu­bé­rance gothique, qui force le trait, dépasse la mesure : une pièce « monstrueuse ».
Construite comme un polyp­tyque, la pièce déroule un cor­tège de corps pris de fré­né­sie. Des corps qui se montrent dans leur stu­pi­di­té, dans leur fai­blesse, des corps qui se répandent dans leur inso­lente pré­sence, des corps exté­nués, des corps en transe qui trouvent étran­ge­ment des inven­tions cor­po­relles inouïes. L’iconographie concer­nant les triomphes de la mort, des tapis­se­ries médié­vales, les grandes scènes de pos­ses­sions démo­niques et de gué­ri­sons mira­cu­leuses, l’iconographie des hôpi­taux de Cha­ren­ton et de la Sal­pê­trière, les films d’horreur et de pos­ses­sion de Zulaws­ki à Argen­to, des danses eth­niques rituelles de transe nous ont ser­vi de maté­riel de création.

Le tra­vail de com­po­si­tion musi­cale de Robin Leduc a été de s’interroger sur les formes médié­vales – bal­lades, ron­deaux, chan­sons – ain­si que sur la poly­pho­nie et les rythmes de transe. Com­ment créer une musique d’une appa­rente pau­vre­té alors que les glis­se­ments d’accords, les trans­for­ma­tions ryth­miques sont cise­lés dans le détail ?

La créa­trice lumières Valé­rie Sig­ward a construit un objet lumi­neux sus­pen­du, comme autant d’astres en chute, qui sculpte et nimbe l’espace. Le nimbe est un disque lumi­neux uti­li­sé pour repré­sen­ter des per­son­nages défunts.

Corine Petit­pierre a créé un uni­vers plas­tique qui oscille entre sim­pli­ci­té et pro­fu­sion, entre parure tri­bale et parure théâ­trale. Les cos­tumes accom­pagnent, sou­lignent et font par­tie inté­grante de la dramaturgie.

+ Suite

Distribution

Conception, chorégraphie et mise en scène
Alban Richard

Lumières
Valérie Sigward

Musique
Robin Leduc

Son
Félix Perdreau

Programmation MaxMSP
Volker Böhm

Matériel textuel
Le miroir des âmes simples et anéanties et qui seulement demeurent en vouloir et désir d’amour de Marguerite Porete ; The Digby play, anonyme anglais du XIVe siècle ; Macbeth de William Shakespeare ; E.Mix d’Alban Richard

Costumes
Corine Petitpierre

Confection
Anne Tesson et les ateliers costumes du Théâtre National de Chaillot

Création perruque
Frédéric Birault

Interprètes
Romain Bertet, Jean-Baptiste Bridon, Arnaud Cabias, Nicolas Chaigneau, Cédric Cyprien, Max Fossati, Massimo Fusco, Yannick Hugron, Sylvère Lamotte, Robin Leduc, Julien Touati

Assistante chorégraphique
Daphné Mauger

Conseillère en analyse fonctionnelle du corps dans le mouvement dansé
Nathalie Schulmann

Production ensemble l’Abrupt
Coproduction Théâtre National de Chaillot, Paris; Scène Nationale d’Orléans.

Avec le soutien de la Direction régionale des Affaires Culturelles d’Ile-de-France / Ministère de la Culture et de la Communication au titre de l’aide aux compagnies conventionnées et la communauté d’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines dans le cadre de la résidence de l’ensemble l’Abrupt au Prisme, Centre de développement artistique;  de l’Adami (Administration des droits des artistes et musiciens interprètes) ; de l’Atelier de Paris Carolyn Carlson ; du Théâtre Louis Aragon - scène conventionnée danse de Tremblay en France.
Remerciements à Emmanuelle Jouan, Nathalie Béné et l’équipe technique du théâtre Louis Aragon - scène conventionnée danse de Tremblay en France.

Historique

mars 2014

  • 05
    CRÉATION - Théâtre National de Chaillot
  • 06
    CRÉATION - Théâtre National de Chaillot
  • 07
    CRÉATION - Théâtre National de Chaillot

octobre 2014

  • 15
    Scène nationale d’Orléans
  • 16
    Scène nationale d’Orléans

Collaborateurs artistiques